Leïla Akli : la renaissance algérienne

Du haut de sa petite taille, Leïla Akli a tout d’une grande. Fondatrice de la première agence algérienne spécialisée en relations publiques digitales, Pi-Relations, elle apporte des solutions à l’un des principaux défis de l’Algérie : le nation branding.

Aîné d’une famille de six enfants, née d’une mère et d’un père fonctionnaires, Leïla Akli se dit un pur produit de l’école algérienne. A l’inverse de ses parents, elle est diplômée d’une licence en commerce international obtenue à l’école des hautes études commerciales (HEC) et a choisi la voie, moins confortable, du secteur privé. Passionnée de nouvelles technologies, son aventure professionnelle commence un an avant l’obtention de son diplôme en 2002. Elle participe alors à l’organisation du salon Siftech, la référence des salons dédiés aux nouvelles technologies en Algérie. « Véritable technophile, j’ai forgé mon apprentissage au sein de grandes multinationales dans les domaines de la communication »

Leïla Akli

Une « geek en talons aiguilles »

Curieuse et ambitieuse, Leïla décroche un poste au sein de l’opérateur téléphonique Ooredoo. Spécialiste en relations publiques et sponsoring, puis manager merchandising, elle devient en 2004 l’une des plus jeunes cadres dirigeantes de l’entreprise. A peine âgée de 25 ans, elle dirige alors une équipe pluridisciplinaire d’une grande efficacité dans la réalisation de nombreux défis. En 2007, elle intègre les rangs de Raya Algérie, distributeur officiel de la marque Nokia en qualité de directrice du marketing Elle dirige ensuite trois départements et est membre du comité de direction. En 2010, la célèbre agence de communication Ogilvy projette de créer sa filiale en relations publiques (RP) en Algérie. Naturellement, la société fait appel aux compétences de Leïla. Durant trois ans, elle a pour mission de mettre en place une équipe spécialisée, dédiée aux RP et de développer le portefeuille clients de l’agence dans ce pays.

Cette « geek en talons aiguilles », comme elle aime se définir, a créé Pi-Relations en 2013, la première entreprise algérienne spécialisée dans les relations publiques. Dès sa création, elle positionne l’agence dans le digital. Le succès est immédiat. L’agence accompagne de nombreuses compagnies algériennes et multinationales. Métier dominé par les séniors et la gente masculine, Leïla réussit par son professionnalisme et sa pugnacité à gagner la confiance des dirigeants algériens. Elle côtoie ainsi les plus hauts responsables du pays, de la sphère publique et privée. En 2015, elle a lancé une conférence autour de la transformation digitale baptisée « The Picnic », « un espace de partage et d’échange gratuit qui a réuni plus de cinq cents participants opérant dans la communication et les TIC ».

Leïla Akli, directrice de l’agence Pi-relations

« Nous sommes en 2018 et il est toujours difficile d’entreprendre en Algérie. Et davantage encore pour les femmes »

Forte de son parcours, Leïla entend ouvrir les portes aux jeunes et aux femmes de son pays. Déjà impliquée dans des actions sociales, elle a intégré différentes initiatives citoyennes, essentiellement dirigées vers l’entrepreneuriat et l’épanouissement de la femme algérienne. Leïla est coach pour le programme Indjaz El Djazair (programme en apprentissage entrepreneurial dirigé vers les étudiants algériens), marraine des start-up week-end HEC et membre de la commission Femmes du Forum des chefs d’entreprises pour l’amélioration du climat des affaires.

Depuis 2016, Leila a rejoint le programme international Women’s Entrepreneurship Day (WED) comme ambassadrice. « Nous sommes en 2018 et il est toujours difficile d’entreprendre en Algérie. Davantage pour les femmes. Il est indéniable que la situation s’améliore sensiblement. J’estime que la femme n’est pas moins performante que l’homme. Malgré les jugements a priori qui persistent ! La femme algérienne doit prendre confiance en ses qualités et ses compétences et entreprendre pour surpasser les préjugés à son encontre ».

Leila Akli reine de l’évènementiel en Algérie

L’Algérie, un pays aux multiples atouts

« Éternelle optimiste » selon ses propres termes, elle croit en l’avenir de l’Algérie. « J’ai confiance en notre capacité d’amorcer le changement et de nous développer. Le changement, je le vis tous les jours. L’évolution de mon pays, je l’observe à chaque instant. Certes, nous avons traversé beaucoup d’épreuves, mais, aujourd’hui, c’est une Algérie nouvelle qui s’offre à nous. Je vois dans la crise pétrolière que nous vivons l’opportunité de redécouvrir la valeur du travail et de l’investissement. L’Algérie est un pays d’opportunités par la diversité du territoire, sa richesse naturelle, sa population jeune… » dit-elle, avant d’ajouter : « Avec tous ces atouts, nous ne pouvons que réussir et émerger pour devenir un pays leader, un territoire où les jeunes ont un rôle-clé à jouer. » Leïla Akli poursuit : « Nous avons le devoir de construire une Algérie nouvelle, de dynamiser l’économie nationale, de promouvoir notre image et de nous internationaliser. Le mouvement est en marche : de nombreuses associations et organisations s’activent pour la promotion de cette nouvelle stratégie. La nouveauté est que les jeunes sont à la manœuvre ». Les femmes aussi. « La femme algérienne est connue pour sa bravoure, elle l’a prouvé tout au long de l’histoire de ce magnifique pays. L’avenir de l’Algérie sera le fruit de toute ses composantes et la femme algérienne en fera partie ».