Ariane Umuringa : « L’entrepreneuriat m’a été inculqué dès mon plus jeune âge »

Ariane Umuringa, lauréate 2017 de la fondation WIA Philanthropy, a fondé Starlight qui fournit des lampes solaires bon marché aux populations rurales et périurbaines sans accès à l’électricité.

Avant de nous présenter le concept de Starlight, quel a été votre parcours et qu’est-ce qui vous a amené à vous impliquer socialement ?

J’ai grandi dans la province occidentale du Rwanda après le génocide. À cette époque, moins de 10% de la population rwandaise avait accès à l’électricité. La vie était difficile. J’étudiais la nuit en utilisant la lumière d’une bougie ou d’une lampe au kérosène. Je pense que, c’est à ce moment-là que j’ai décidé d’apporter l’électricité dans ma région. Je ne savais pas comment, mais je savais que je pouvais le faire. L’entrepreneuriat m’a été inculqué dès mon plus jeune âge. Ma mère avait une petite boutique et les week-ends ou pendant les vacances, je l’aidais. Elle m’a appris la relation avec les clients, les techniques de vente pour convaincre les gens d’acheter mes produits.

Comment est née l’idée de Starlight ?

Au lycée, j’étais passionnée de sciences physiques. Mes recherches portaient sur la compréhension de la nature. Toutes les formes d’énergie que nous utilisons proviennent du soleil. Nous devrions l’utiliser pour résoudre nos problèmes d’énergie. J’ai décidé de poursuivre mes études en ingénierie. A l’université, j’ai rencontré une femme qui est finalement devenue la co-fondatrice de Starlight. Nous avons la même formation et partageons le même rêve. Notre idée a alors germé. Au départ, nous pensions construire une centrale fonctionnant à l’énergie solaire. Mais, après étude, les coûts se sont révélés trop élevés. Nous avons donc cherché une idée plus réaliste. En 2016, nous avons fondé Starlight, une entreprise sociale qui aide les populations rurales, vivant dans des zones hors-réseau, en leur fournissant des lampes solaires bon marché.

Quel a été le chemin parcouru en près de deux ans par Starlight ?

Nos produits sont la première étape pour changer la vie des jeunes enfants et réaliser leurs rêves. Ils sont fabriqués au Rwanda avec amour. Amour pour les enfants, amour pour la population rurale et amour pour ceux qui n’ont rien. Notre objectif est de mettre fin à l’utilisation des lampes au kérosène dans les villages ruraux en les remplaçant par des lanternes solaires. Depuis le lancement, nous avons pu électrifier plus de 500 foyers.

Vous avez reçu le prix de la fondation WIA Philanthropy. Qu’est-ce que cette distinction a apporté à votre projet ?

Women In Africa Initiative m’a soutenue en me permettant de rencontrer des partenaires et de créer des synergies, notamment avec des organisations (de quel type ?). Leur aide apporté plus d’efficacité à mon travail. Nous projetons maintenant d’élargir notre clientèle au Rwanda voire dans les pays voisins. Avec notre programme Starlight STEM, nous prévoyons de donner aux filles des écoles secondaires des compétences expérimentales en matière d’apprentissage STEM (science, technology, engineering, and mathematics) et d’entrepreneuriat social. Nous espérons développer avec ce dispositif une nouvelle génération de femmes leaders dans les sciences de l’ingénierie et des nouvelles technologies.