Joselyne Umutoniwase : une success story rawandaise qui s’exporte

Les fashionistas américaines ont découvert ses produits et les adorent. À 30 ans, Joselyne Umutoniwase, designer et fondatrice de Rwanda Clothing Home, résume toutes les ambitions du Rwanda d’aujourd’hui : un pays qui vise à exporter son savoir-faire à travers le monde !

Entre les quartiers Kora et Kabeza, dans la capitale rwandaise, Rwanda Clothing Home s’étend sur deux magasins mitoyens. Il fallait bien deux boutiques pour satisfaire une clientèle déjà nombreuse. Avec un chiffre d’affaires entre 120 et 150 000 $ l’année dernière, Rwanda Clothing Home ne propose pas seulement une marque mais un concept. En plus de proposer à la clientèle du prêt à porter, elle customise ses fabrications selon les goûts et les couleurs de chacun. Sa créatrice Joselyne Umutoniwase dessine le Rwanda d’aujourd’hui et de demain. Et l’exporte.

Le destin de Joselyne Umutoniwase puise ses sources dans sa petite enfance. Habile de ses mains, la fillette dessine, coud, et customisent les cartables et uniformes de ses camarades de classe. Avec sa mère comme modèle, elle apprend la broderie et toutes autres formes de couture. Son père lui transmettra aussi le goût de l’entrepreneuriat. Ainsi, très tôt, Joselyne a une assurance : elle sera business woman.

« Je voulais une boutique qui offre aux gens des créations, réalisées à la main, et personnalisées. »

Dans un premier temps, elle s’oriente vers le cinéma. « J’ai suivi une formation au centre cinématographique Kwetu, à Kigali, pendant deux ans. » Ensuite, elle part en Allemagne pour suivre une formation. Mais une idée l’obsède : « Je voulais une boutique qui offre aux gens des créations, réalisées à la main, et personnalisées. » En 2010, de retour à Kigali, elle est enthousiasmée par l’énergie dégagée par cette ville mais craint que son pays, encore en pleine reconstruction, ne soit pas prêt. Finalement, deux ans plus tard, après avoir mûri son projet, et gagné en confiance, encouragée par son époux, elle se lance et créée, en 2012, Rwanda Clothing Home. « C’est une marque qui s’intéresse au goût personnel des clients. Nous travaillons avec eux nous les écoutons et les aidons à exprimer leur personnalité, à travers leur style. » Ses magasins proposent des conseils de relooking et coaching personnalisés. Les articles vendus sont customisés selon les goûts et les couleurs, et grâce à son atelier in situ, les créations sont ajustées sur place à la taille des clientes. Femmes et hommes. Car depuis, la designer a développé des produits pour toutes les gammes dont les enfants, et la dernière-née, la maison.

« Les Rwandais aiment s’habiller et y mettent le prix » affirme Joselyne Umutoniwase. Ses modèles coûtent entre 50 et 350$. « Ce n’est pas à la portée de tous. Notre clientèle, se trouve parmi la nouvelle classe moyenne, les expatriés, la clientèle de passage ». Et depuis peu, Joselyne exporte aux Etats-Unis et en Europe. Pour répondre à cette nouvelle demande, elle envisage de s’agrandir. « À l’avenir, nous souhaiterions aménager l’atelier au sous-sol pour accroître la superficie de la boutique, et recruter davantage d’employés. Aujourd’hui, nous employons vingt-cinq personnes. Notre développement à l’international impose que nous recrutions de nouveaux collaborateurs ». Et de souligner : « l’exportation est une chose nouvelle. Pour l’instant, une boutique aux Etats-Unis nous a commandé des vestes Safari, un style que nous avons développé avec ce point de vente Nous avons décliné le même concept en Belgique pour des combinaisons en pagne. Elles ont rencontré un franc succès auprès du public autochtone. Mais pour faire davantage, je dois recruter et surtout former. Il faut au moins cinq ans pour disposer d’une centaine de couturiers qualifiés». Pour cela, elle peut compter sur l’aide des autorités.

« Je veux être un exemple et contribuer au développement de l’industrie de la mode au Rwanda et en Afrique… »

« Le Rwanda a pris plusieurs dispositions pour réduire et limiter l’importation de vêtements de seconde main et développer notre propre production. Pour ce faire, il faut proposer à la clientèle locale des produits à prix accessible. Mais il reste difficile aujourd’hui de concurrencer la Chine car le Rwanda ne produit aucune matière première textile. Tout est importé. Notre pays est enclavé, le coût du transport demeure élevé. Il faut ajouter à cela la difficulté à trouver des savoir-faire. Pour y remédier, le gouvernement réfléchit à des dispositifs pour développer des formations pratiques et encourager la formation de créateurs au travers d’ateliers » explique Joselyne Umutoniwase. Cette initiative s’inspire de l’expérience de Rwanda Clothing Home. « Le marché de la mode au Rwanda reste à développer, il y a peu de maisons de création comme la mienne. Pour quelqu’un qui veut démarrer ce n’est pas si simple. Je veux être un exemple et contribuer au développement de l’industrie de la mode au Rwanda et en Afrique. Cela fait six ans que je travaille dans le vêtement en tant que business woman. Mon expérience est aujourd’hui reconnue et je souhaite la partager pour faire progresser ce secteur économique dans mon pays ».

Pour en savoir plus : rwandaclothing.com

Crédit photo de la photo en Une : https://rwandaclothing.com/joselyne-umutoniwase