Seynabou Dia, un retour gagnant !

Née et formée en France, Seynabou Dia a choisi de rentrer sur le continent africain pour participer à son développement. Aujourd’hui, spécialiste en communication d’influence, CEO de Global Mind Consulting, elle met son expertise au service des bâtisseurs d’avenir. Avec un leitmotiv : connecter l’Afrique.

Seynabou Dia, votre parcours révèle un engagement très tôt envers l’Afrique. Pourquoi ce retour aux sources était nécessaire ?

Je suis née en France de parents sénégalais et j’ai grandi dans le Nord où j’ai fait mes études jusqu’au baccalauréat. J’ai poursuivi mon cursus supérieur à Paris. Très tôt, je me suis investie dans des mouvements associatifs, mue par une véritable curiosité pour le continent africain et le désir de renouer avec mes origines. Pour assouvir cette envie, j’ai intégré le consulat général du Sénégal puis la délégation permanente du Sénégal à l’Unesco. Cette collaboration directe avec des diplomates m’a permis de mieux saisir l’importance des enjeux géopolitiques en Afrique et de forger encore davantage mon engagement pour le continent. Ma rencontre avec Paulette Correa, une femme exceptionnelle qui œuvre dans la promotion des cultures africaines, a nourri cette ambition. J’ai pris énormément de plaisir à l’accompagner dans son travail. Plusieurs missions comme l’organisation du Gala annuel pour l’Afrique de l’Unesco et des conférences-débats de Science Po Paris ont conforté ma volonté de valoriser les talents africains. J’ai ensuite amorcé une carrière de consultante et créé ma première société aux Etats-Unis. Entre Paris et Washington, mon métier consiste à élaborer et piloter des stratégies de communication. Depuis trois ans, je conseille et accompagne plusieurs personnalités africaines et européennes, avec beaucoup de plaisir.

Seynabou Dia et son équipe

Avec Global Mind Consulting, votre entreprise, votre projet est-il d’impacter concrètement le continent africain ?

Toute la planète s’accorde aujourd’hui pour considérer l’Afrique comme le continent d’aujourd’hui et de demain. Je partage la conviction qu’il appartient aux Africains d’agir pour que ce continent ne soit plus un simple enjeu de croissance pour les autres. L’objectif de Global Mind Consulting est de déconstruire l’image d’une Afrique meurtrie par les conflits, la malnutrition, la pauvreté et les dictatures. Ces clichés restent malheureusement fortement ancrés dans la conscience collective, y compris dans nos propres représentations. La déconstruction de ces images passent par la promotion des innovations et des réalisations portées par les Africains et les Afro-descendants. Je veux montrer l’Afrique n’a « personne à rattraper » pour emprunter le mot de l’économiste Felwine Sarr. Beaucoup d’Africains portent aujourd’hui cette vision afro-optimiste. Sans copier les modèles de développement qui ont montré leurs limites, ailleurs, nous devons proposer un développement écologiquement responsable, et en même temps, producteur de richesse. Un modèle qui prend soin de tous ses enfants en leur offrant un cadre de vie propice à la préservation de leur santé, à leur sécurité, à leur épanouissement physique et mental. Bref, une qualité de vie en adéquation avec leur dignité. Je crois profondément que cette Afrique peut offrir au monde un modèle de croissance éthique et respectueux de l’humain. Ce modèle puise aux sources creusées par Mandela, Sankara, Biko et tant d’autres. Je suis habitée par cette conviction et je crois que chacun doit contribuer à participer. Notamment, la diaspora. En collaborant à l’organisation du premier Forum national sur la diversité entrepreneuriale, un cadre exceptionnel de rencontres et d’échanges entre acteurs économiques africains, j’ai acquis la conviction qu’il fallait créer des ponts et participer. C’est ainsi que j’essaie de contribuer au rayonnement de l’Afrique, en accompagnant les acteurs de la transformation économique du continent dans la valorisation de leurs messages. Notre assistance consiste à élaborer et déployer des stratégies de positionnement innovantes destinées à favoriser l’atteinte des objectifs de nos clients.

Seynabou Dia aux côtés du Secrétaire Général de la CEDEAO et ancien Premier Ministre de la Guinée Conakry.

Vous chuchotez à l’oreille des plus grands décideurs politiques et économiques du continent. Ceci dit, vous avez également à cœur d’accompagner les « petits », les jeunes entrepreneurs, les femmes… Ceux qui feront finalement l’Afrique de demain finalement ?

Dans notre perception des choses, il n’y a pas de « petits ». La prospérité de l’Afrique se construit avec la contribution de chacun, particulièrement celle des jeunes et des femmes. Le tissu économique est majoritairement constitué de petites et moyennes entreprises animées par des entrepreneurs talentueux que nous essayons d’accompagner. Nous ciblons également une nouvelle génération d’acteurs économiques et politiques avec une dimension éthique et l’ambition de s’imposer comme des champions internationaux. Mais il faut reconnaître, qu’il me tient à cœur, depuis le commencement, de redonner un peu de ce que j’ai reçu. Mon expérience s’est enrichie au contact de personnalités exceptionnelles comme Ousmane Blondin-Diop, avec qui j’ai travaillé à l’Unesco. C’est un puits de savoir qui m’a beaucoup appris. C’est pourquoi nous avons une vraie volonté de « redonner ». L’engagement étant le socle de notre démarche, le cabinet Gobal Mind Consulting, accompagne depuis cinq ans déjà, à travers des sessions de renforcement de capacités, les jeunes et les femmes passionnés par leur métier. Cet esprit de partage est essentiel pour tisser une chaine de solidarité destinée à faire émerger les talents africains sur la scène continentale et internationale.

Seynabou Dia Prix de l’entrepreneur féminin de l’année Hub Africa 2018

Vous êtes également ambassadrice de Women In Africa Intiative. Pourquoi avoir rejoint ce réseau et pourquoi est-il si important de connecter les femmes de ce continent ?

Les femmes constituent une clé essentielle de cette Afrique positive. Pour qu’elles jouent pleinement leur rôle, elles doivent être mises en capacité d’agir et d’influencer. De ce point de vue, Women In Africa Initiative répond à une véritable enjeu, celui de favoriser le « woman empowerment ». Relever ce défi est primordial en vue de sortir de la vulnérabilité et de l’invisibilité dont elles sont souvent victimes. Les success story au féminin sont nombreuses, je le constate tous les jours dans mes déplacements. Nous devons donc les amener à s’affirmer davantage dans le champ des affaires et des institutions. Nous y arriverons à condition de leur offrir la visibilité nécessaire. Women In Africa a pour vocation de créer un réseau fort entre des femmes africaines et du monde pour renforcer les synergies entre elles. En encourageant l’entraide et les ateliers de travail autour des thématiques centrales, cette plateforme permet de rapprocher les énergies constructives. Toutes les initiatives en ce sens doivent être encourager et accompagner. L’union fait la force, savoir se fédérer s’impose comme un réel préalable au développement. Certains parcours de femmes sont simplement extraordinaires. Elles contribuent à la prospérité durable de notre continent en ayant un impact réel sur le continent. Le savoir, c’est le pouvoir. Pour identifier les synergies business et travailler ensemble, il faut se rencontrer et échanger.