Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal : « Parce que les femmes le valent bien ! »

Le célèbre groupe de cosmétiques L’Oréal est une entreprise engagée. Sa Fondation agit en faveur des femmes depuis une vingtaine d’années. L’Oréal soutient le programme « They Make Africa » en partenariat avec Women In Africa (WIA), une initiative visant à mettre en lumière des réussites africaines au féminin.
Explications avec Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.

Vous avez rejoint le groupe L’Oréal après un parcours de femme engagée…

En effet. À l’origine, j’ai suivi une formation de juriste, spécialisée dans les droits de l’homme. Militante engagée sur ces questions, j’ai travaillé dans de nombreuses ONG dont Amnesty International. Ces expériences m’ont amenée à m’intéresser aux problématiques de responsabilité sociale des entreprises (RSE). J’ai développé cette expertise au sein d’associations, de réseaux d’entreprise, d’institutions. Puis, à partir de 2012, pour L’Oréal, d’abord en tant que directrice en charge du développement durable pour le Groupe. Et depuis 2017, je dirige également la Fondation L’Oréal.

Crédit photo : Philippe Calandre

Vous accompagnez WIA Initiative à travers le programme « They Make Africa by WIA & L’Oréal ». Pourquoi soutenez-vous ce programme et quel en est le concept ?

Le groupe L’Oréal cherche à rendre visible les femmes qui contribuent à leur manière au succès de leur secteur et de leur activité et qui, de fait, ont un impact sur l’avenir du continent, qu’elles soient médecins, femmes d’affaires, personnalités engagées. Nous voulons mettre en lumière ces femmes qui réussissent pour qu’elles jouent un rôle d’exemple et contribuent au développement du continent africain. Au travers de leur parcours, elles encouragent d’autres femmes, notamment les plus jeunes, à suivre le chemin de l’excellence et à s’engager à leur tour. Ce faisant, elles diffusent cette énergie au cœur des sociétés car le rôle des femmes partout dans le monde est indispensable, mais particulièrement en Afrique. Concrètement, ce programme, « They Make Africa by WIA & L’Oréal », initié pour la première fois à l’occasion du 2ème Sommet annuel mondial de WIA initiative à Marrakech, se traduira par l’intervention d’une dizaine de femmes. Nous ferons ainsi la promotion et la démonstration de la capacité des femmes à accomplir des choses exceptionnelles. Il s’agit de mettre en valeur des femmes inspirantes.

Crédit photo : Micheline Pelletier

Dans quelle mesure l’empowerment des femmes africaines demeure-t-il un enjeu crucial ?

Les femmes représentent plus de la moitié de nos sociétés. Elles doivent avoir un rôle équivalent avec celui des hommes pour contribuer à la construction de l’avenir du continent. Aujourd’hui, la question de l’utilité ne se pose plus. Au-delà des aspects de justice et d’égalité de genre, les entreprises, les institutions, la société fonctionnent mieux avec les femmes. C’est une question de survie, notamment en Afrique où toutes les forces vives sont nécessaires pour relever le défi du développement.

Crédit photo : Micheline Pelletier

Dans quelle mesure ce programme, « They Make Africa by WIA & L’Oréal », peut-il y contribuer ?

C’est certes une goutte d’eau dans l’océan. Mais les gouttes d’eau font aussi de grandes rivières. La prétention avec ce programme n’est pas de révolutionner le monde. L’engagement de la Fondation L’Oréal consiste à investir, depuis vingt ans, ces sujets, en interne dans l’entreprise, et aussi à l’extérieur, porter le débat et apporter une contribution significative, en matière d’égalité et de mise en valeur des femmes.

Crédit photo : Micheline Pelletier

Comment la présence de L’Oréal se concrétise-t-elle sur le continent africain pour le soutien et l’accompagnement des femmes ?

Nous développons des programmes dédiés tels que « For Women in Science », mené en partenariat avec l’Unesco. Avec l’organisation onusienne, nous récompensons des femmes scientifiques exceptionnelles et attribuons des bourses de recherches à de jeunes lauréates dans chaque région d’Afrique. En 2018, pour la première fois, la cérémonie de remise des prix se tiendra à Nairobi, au Kenya.

Crédit photo première image: Philippe Calandre